Pierre Gattaz se range du coté de l’accord sur l’assurance chômage
Oct16

Pierre Gattaz se range du coté de l’accord sur l’assurance chômage

Tous le secteur d’assurance en France vit ses derniers jours sur le rythme des négociations sociales sur l’assurance chômage et ses nouvelles règles. Les prestataires, comme Filiassur, ont observé de loin la situation en espérant l’aboutissement à une solution rapide pour équilibrer le marché. Après un dernier round de négociations entre les patrons et les syndicaux, une convention aurait été trouvée. Et si Filiassur et compagnies ont salué cet accord, les membres du Medef l’ont contesté en démissionnant de la fédération. Cependant, le président du Medef a montré un avis contraire.

L’accord sur l’assurance chômage

Après de longues discussion qui ont commencé dès l’été dernier, les patrons et les syndicaux se sont convenus à un accord commun au tour des nouvelles règles de l’assurance chômage. Le patronat a accepté d’augmenter ses cotisations et de maintenir la surcotisation sur les CDD d’usage pendant les 18 prochains mois en bénéficiant d’une baisse de leurs cotisations AGS, l’organisme qui garantit les salaires.

Toutefois, ces mesures ont été contesté par plusieurs fédération professionnelles, alors que les nouvelles dispositions ne rapportaient quasiment aucun coût supplémentaire pour les entreprises. C’est le cas de la fédération du bâtiment que son président, Jacques Chanut, avait présenté sa démission du pole social du Medef, dès l’annonce de l’accord.

Pour les candidats à la présidentielle, l’accord trouvé ne change pas trop dans leur vision pour l’assurance chômage. De son coté, Emmanuel Macron pense qu’il faut étatiser le secteur en prônant un système de bonus-malus pour les contrats courts. Quant à François Fillon, la solution est la dégressivité des allocations chômage.

Le président du Medef soutient l’accord

Si des membres du Medef ont contesté ledit accord, le président de la fédération, Pierre Gattaz, a confirmé son soutien à la convention des partenaires sociaux. Il a explique par ailleurs qu’un échec de ses négociations aurait « donné des arguments à ceux qui veulent surtaxer les CDD et étatiser l’assurance chômage ».

Dans un entretien avec Dauphiné Libéré et Progrès, Pierre Gattaz a expliqué que les nouvelles règles de l’assurance chômage permettront de dégager un milliard d’euros d’économies, instaurer une contribution temporaire de la part des patrons et mettre fin à la surtaxation des CDD ce qui est favorable pour l’économie française. « « Et si nous avions échoué, nous aurions donné des arguments à ceux qui veulent surtaxer les CDD et étatiser l’assurance chômage », a expliqué Pierre Gattaz.

Read More
Mon métier c’est : Courtier en assurances
Août10

Mon métier c’est : Courtier en assurances

Son métier est courtier en assurances, voici monsieur Thierry Weinberg, le chef d’entreprise spécialisée dans l’audit, la gestion et l’optimisation des contrats d’assurance de ses clients, DoubleV Assurance.

Assurance vie, automobile, vol, dégât des eaux, accident de vacances… tout ce qui vous permet de dormir tranquillement sur vos oreilles, c’est que l’entreprise DoubleV Assurance propose.

Entourée par une équipe de professionnels en assurances et en gestion de patrimoine, cette entreprise de grande réputée est à même de vous conseiller au mieux et de vous proposer des contrats d’assurances.

« Tout ce que nous faisons, c’est d’essayer de trouver des solutions fiables, pertinentes et adéquates aux besoins et aux attentes de nos besoins. » explique Thierry Weinberg, le touche-à-tout et le l’associé chez Kleber Partners.

Le rôle d’un bon assureur conseil, est de trouver la meilleure compagnie, qui peut assurer le bien-être de son client.

Mieux comprendre le métier des assurances

Un bon courtier en assurances, est amené à étudier minutieusement les besoins de son client, les offres qui peuvent lui intéresser et les tarifs suggérés, pour proposer le contrat le plus adéquat.

Un courtier d’assurance est un professionnel reconnu par ses compétences dans le domaine des assurances.

Sa principale mission est d’adapter l’offre de la compagnie aux besoins spécifiques de son client. Un courtier en assurances touche plusieurs domaines et plusieurs spécialités, mais en gris l’assurance se divise en deux partie, l’assurance des biens et l’assurance des personnes.

Quels sont les différents domaine liés aux assurances ?

Un assureur chargé de la protection de personnes met la main dans la pâte à tous ce qui touche au bien-être de son client: assurance maladie, prévoyance, assurance vie, retraite…

Quant à l’assureur des biens, il prend en charge tout ce qui est en rapport avec les biens matériels à savoir le vol, l’incendie, gestion de patrimoine, prêt, remboursement…

Le métier consiste à mettre en relation des clients et notamment des chefs d’entreprise avec les assureurs tout en leur conseillant les solutions les plus adéquates à leurs exigences.

Les tâches quotidiennes d’un courtier d’assurance, sont de 3 ordres. Il y a la réception des clients que ce soit par courrier, par téléphone ou par face à face, ensuite tout ce qui concerne l’étude des dossiers enfin le conseil .

Read More
L’alliance entre le milieu politique et le journalisme
Juin11

L’alliance entre le milieu politique et le journalisme

Nous parlons aujourd’hui d’un phénomène de communication politique. Nous nous intéressons dans ce présent article aux femmes et aux hommes politiques qui changent de métier et se reconvertissent dans les médias. Chroniqueur, éditorialiste, animateur, présentateur… ils sont de plus en plus nombreux à se montrer à la télévisons, à la radio et à s’exprimer sur les médias sociaux et la presse écrite. Est-ce un bon moyen pour eux pour se rapprocher au mieux du public.

En effet, la politique et le journalisme sont deux carrières qui se succèdent l’une prenant la relève de l’autre. L’exécution des deux métiers en même temps est une grande rareté. Toutefois, il est convenable de mobiliser des connaissances de l’univers politique et appliquer les acquis du métier politique à savoir, la bonne communication, le bon discours, l’art de bien s’exprimer.

Pourquoi se mettre au journalisme ?

Certes, les gens politiques sont les plus aptes de parler de ce domaine et d’aborder des sujets d’actualités.

La politique et le journaliste sont deux métiers distincts mais fortement liés l’un à l’autre. Les hommes politiques sont très habitués aux revenus de presse, à prendre connaissance des journaux, des dernières news et connaitre les positions des adversaires.

Les journalistes politiques qui sont ?

Assurément, il existe des journalistes politiques qui se sont spécialisés dès le début de leurs carrières dans les débats, l’animation des plateaux télévisés, la rédaction des articles de presse…à savoir la présentatrice des infos de 20h de TF1, le journaliste et animateur de radio et de télévision, Jean-Jacques Bourdin, le Reporter et présentateur de journal au sein du groupe TF1 David Pujadas, l’animateur de l’émission Quotidien sur TMC Yann Barthès, le producteur de télévision et de théâtre et humoriste Laurent Ruquier…mais il se trouve aussi des nouveaux adhérents dans l’univers médiatiques qui viennent d’un tout autre horizon :  la politique.

Ces journalistes qui sont passés par la politique

Roselyne Bachelot, ancienne Ministre de l’Ecologie et du Développement durable et pharmacienne de formation, aujourd’hui chroniqueuse sur D8, Daniel cohn-bendit, député européen d’Europe Ecologie se présente désormais sur diverses chaînes sur télévision et anime plusieurs émissions comme celle d’Europe 1 et LCI Matin l’émission politique de LCI présentée par la talentueuse journaliste, Clémentine Autain, ancienne porte-parole de Jean-Luc-Mélenchon est aujourd’hui directrice du journal « Regards »… vous les connaissez comme personnalités politiques, sauf qu’aujourd’hui, ils sont passés de l’autre côté du miroir. A la télé, à la radio ou encore en presse écrite, la nouvelle mode des politiciens c’est devenu un journaliste !

 

 

 

 

 

Read More
Que fait un administrateur judiciaire dans sa vie ?
Avr24

Que fait un administrateur judiciaire dans sa vie ?

Vous devez être un grand passionné de droits et de la justice pour suivre une carrière juridique, notamment celle d’un administrateur judiciaire depuis des années. Trancher entre les parties en conflit, épauler les dirigeants d’une entreprise à éviter la faillite, contribuer à la restructuration d’une société, être le garant de la sauvegarde d’emploi et informer le tribunal de commerce de tout ce qui se passe dans une société en redressement sont pratiquement les différentes missions liées à cette profession.

L’administrateur judiciaire, le médecin de l’entreprise

Dans sa définition la plus technique, le métier de l’administrateur judiciaire se présente comme un rôle d’auxiliaire de justice mandaté par le tribunal de commerce dans le cadre de la supervision ou l’assistance d’une entreprise en difficulté financière. Généralement, les procédures les plus connues dans lesquelles intervient l’administrateur sont la sauvegarde de l’entreprise ou le redressement judiciaire.

Souvent, on présente l’administrateur judiciaire comme le médecin de l’entreprise. En vérité et lorsque cette dernière se trouve en cessation de paiements et ne trouve pas les moyens de régler ses dettes, c’est ce professionnel qui va intervenir pour, soit assister le chef d’entreprise, soit le remplacer dans les cas les plus extrêmes. L’objectif de son intervention est de concilier entre l’entreprise et ses créanciers et d’identifier les solutions idéales pour maintenir l’activité de la société, garder les emplois et apurer le passif.

La carrière de l’administrateur judiciaire

Pour devenir un administrateur judiciaire, la personne intéressée devra suivre une formation en droit, économie ou gestion tout en ayant les diplômes supérieurs. Il devra avoir des connaissances approfondies en comptabilité également et passer par un examen d’accès au stage professionnel avant de pouvoir exercer cette profession. Mais mise à part les facultés académiques, l’administrateur judiciaire doit être un bon orateur et une brave personne diplomatique. Il doit donc avoir des qualités dans la communication et dans la négociation pour réussir ses missions.

Du coté carrière, l’administrateur judiciaire peut entreprendre à sa propre charge et ouvrir son cabinet ou travailler avec d’autres administrateurs. Dans tous les cas, il sera toujours mandaté par le tribunal de commerce et aura des comptes à rendre pour le juge-commissaire.

 

Read More
L’avenir du cinéma marocain !
Avr07

L’avenir du cinéma marocain !

Nous nous rendons à la maison de la Culture Buenaventura où se déroule un débat très intéressant portant le thème de « l’avenir des cinémas à l’abandon au Maroc ».

Parmi les participants à cet événement, nous trouvons les membres de la direction régionale du ministère de la culture de Casablanca, les fondateurs de l’association Save Cinemas in Morocco, le Directeur du secrétariat particulier du Roi Mohammed VI et le chargé des projets culturels et artistiques du Royaumeet un nombre important d’artistes et de sociologues.

Une anomalie remarquable

Malgré l’impression d’un cinéma en forme Royaume chérifien, la réalité est moins rose. Lors de ce débat entre pouvoir public exploitant et société civile, les intervenants ont rappelé la situation critique du secteur.

Selon , le responsable des projets culturels au Maroc et le conseiller particulier du Roi, le Royaume compte une trentaine de festivals par an, une dizaine de films étranger tournés dans le pays et 25 long-métrages produits localement dans le Royaume. Aussi, les superproductions notamment étrangères sont tournées dans les célèbres studios de Ouarzazate et derrière cela, se cache une triste réalité. Les salles de cinéma sont devenues moins en plus nombreuses et disparaissent petit-à-petit. Il y a trente ans, le Maroc comptait 255 salles de cinéma et 51.000.000 de spectateurs par an.

D’après Tarik Mounim, le président de l’association Save Cinemas In Morocco, il ne reste plus que 37 salles en activité se partageant quelques millions de spectateurs habitués par les projections et adeptes des premières sorties de film.

« Aujourd’hui, plus que jamais est important de réagir et de créer un plan de sauvetage incitant tout le peuple à renouer avec les projections de film dans les salles de cinéma et à contribuer au développement du secteur de la culture. Parce qu’avec moins de 35 salle de cinéma au Maroc et avec le rythme que nous enregistrons nous pouvons imaginer que d’ici quelques années, nous nous trouvons aucune salle de cinéma à Casablanca non plus dans les autres villes du Royaume. » Atteste Tarik Mounim.

« L’art a disparu dans ce pays »

Malgré le nombre élevé des films tournés au Maroc, sa notoriété dans le domaine cinématographique et ses endroits référence des plus grands films et séries télévisées, le secteur du cinéma est véritablement en danger au Maroc, les salles sont vouées à disparaitre.

Les principales raisons sont le monopole de la distribution détenue par les multiplexes, la télévision et aussi le piratage des films malgré la Loi 3405 qui a été mise depuis des années et qui interdit le piratage de tout contenu audio-visuel et qui impose une sanction de 2 ans de prison ferme et jusqu’à 60 millions d’amendes.

« Cette loi n’a jamais été appliquée, on voit la prolifération du piratage dans tous les domaines, que ce soient les logiciels, la musique, le cinéma…L’art a disparu dans ce pays » Déclare Simon Dinganga, le directeur de la Kinshasa Zoo lors d’une conférence de presse qui tourne autour du cinéma au Maroc.

Les salles sont encore debout, mais pour combien de temps ? Ce débat pose un problème encore plus vaste, la place de la culture dans la société marocaine.

 

 

 

Read More
scriptsell.neteDataStyle - Best Wordpress Services