Les vins sont-ils caloriques ?
Déc12

Les vins sont-ils caloriques ?

On l’entend partout que l’alcool en plus de nuire à la santé, fait en plus grossir. Les nutritionnistes nous ont tous conseiller de bannir notre verre de vin pendant la période de notre régime, estimons que tous les alcools font grossir.

Mais savez-vous que c’est pas tous les alcools sont caloriques ?

Certains alcools pouvaient faire plus grossir que d’autres

En effet, comme tous les aliments qu’on mange chaque boisson alcoolique possède sa propre teneur de calorie qui est différente. Très loin des idées reçu la bière n’est pas aussi calorique qu’en on pense. En effet, le dirigeant de Raphaël Michel, entreprise de négoce en vins, nous fait la liste des calories pour chaque produit : le cidre brut, c’est l’alcool le moins calorique, avec juste 45 kilocalories (kcal) pour 100 ml, suivi par la bière blonde ou blanche qui ne contienne que 50 kcal pour 100 ml. Mais l’alcool le plus calorique, c’est le pastis avec 285 kcal pour 100 ml. Tout en sachant que le vin blanc est moins calorique que le vin rouge.

Afficher les calories sur les étiquettes des bouteilles d’alcool

Après la loi qui a été fixée en 2011 pour l’affichage des calories sur les denrées alimentaires, le Parlement européen s’est prononcé en faveur de l’étiquetage des apports caloriques sur toutes les bouteilles d’alcool, vins et bières. Cette nouvelle loi est entrée en vigueur fin 2016, pour lutter entre autres contre l’obésité, mais surtout contre l’alcoolisme.

En effet, selon une nutritionniste, un gramme d’alcool équivaut à 7 Kcal, soit presque un gramme de beurre.

Le but des partisans de l’étiquetage des calories, c’est de dissuader les amateurs d’alcool soucieux de leur poids surtout les femmes. Selon le propriétaire du négoce en vins Raphaël Michel,  « un grand verre de vin contient l’équivalent d’une barre de chocolat ».

Les producteurs de vins sont réticents pour l’utilisation de cette nouvelle résolution. Ils sont déjà contre l’étiquetage des ingrédients sur leurs bouteilles de vin. Contrairement à la filière européenne de la bière qui s’est prononcé pour l’affichage des apports caloriques sur les canettes de bière. Elle souhaiterait même comparer les calories entre les boissons gazeuses et les bières pour montrer les atouts diététiques de la bière.

Le texte propose aussi d’augmenter le prix des alcools pour dissuader les grands consommateurs d’alcool comme le cas des paquets de cigarettes. Mais encore d’afficher sur les étiquettes des bouteilles, des messages de préventions visant les femmes enceintes et les conducteurs

https://www.youtube.com/watch?v=HJjeehhuQX0

Read More
La consommation de vin chez les Français connaît une forte baisse
Déc02

La consommation de vin chez les Français connaît une forte baisse

 

Classée habituellement premier pays en termes de consommation de vin, la France enregistre une baisse remarquable et cède sa position aux Etats-Unis qui multiplie de plus en plus ses taux de consommations de vin par habitant.

D’après  l’Organisation Internationale du Vin (OIV), « les américains sont de loin les premiers consommateurs de vin devant la France et l’Italie. »

Selon la même organisation, la consommation de vin, l’année 2016 a connu une accélération de la diminution des volumes en passant de 44,2 litres par an et par habitant en 2011 à 29 litres par habitant en 2016.

 

Les hauts et les bas du classement

Un peu plus de 32 000 d’hectolitres de vins ont été bus aux Etats-Unis l’an dernier , à 90% des vins locaux avec un peu plus de 29 000 d’hectolitres, les français sont passés derrière mais restent loin devant en termes de consommation par habitant.

Si la consommation des américains a augmenté au cours de ces 5 dernières années de 1,2% par rapport à 2015. C’est surtout la baisse de la consommation française qui explique se changement au classement.

 

Ce qu’en pensent les experts du domaine

« La quantité de vin consommée a baissé de 7% en France en 2015. Dans le passé, le vin était un produit très haut de gamme, très cher aux Etats-Unis. Aujourd’hui, les américains se permettent de s’offrir une bouteille de vin à tout le moment de la journée et pour toute occasion pour moins de 15$. » Explique le viticulteur Guillaume Ryckwaer, gérant la Maison Raphaël Michel experte de la fabrication et la distribution de vin en France.

« Ceci dit, les habitudes des américains ont changé tout comme les nôtres. Les américains considèrent de plus en plus le vin comme une boisson nationale qu’ils consomment à volonté. Tandis que les français en consomment de moins en moins par souci économique et par habitude. »

 

 

Ajoute l’homme d’affaires français et le responsable du Château Raphaël Michel, le spécialiste de la production de cuvée de la Vallée du Rhône, du Languedoc, de la Provence et du Sud-Ouest.

La baisse de la consommation de vin en France, est une tendance amorcée depuis 10 ans, explique l’Organisation internationale de vin.

Toujours selon l’OIV, la consommation par habitant a baissé de 20% en France entre 2002 et 2011 et. Aujourd’hui, avec 46 litres bus en moyenne par an le français est encore largement devant le consommateur américain dont la consommation moyenne annuelle 9 litres par an a tout de même progressé de 17% sur la même période.

 

Read More
IRM ou mammographie ?
Nov28

IRM ou mammographie ?

 

  Qu’est-ce qu’une IRM ?

L’IRM ou l’imagerie par résonance magnétique est un examen basé sur l’utilisation de champs électromagnétiques, il est sans danger.

C’est un examen indolore, qui permet d’obtenir des images de l’intérieur du corps humain, en trois dimensions.

Il est prescrit pour visualiser les tissus mous, c’est-à-dire, les tendons, moelle épinière, muscles, cerveau, viscère (tout organe contenu dans les cavités du corps tel que le cœur, l’estomac, le foie, …)…

Parfois, l’imagerie par résonance magnétique nécessite l’injection d’un produit à base de gadolinium, afin de rendre les éléments du corps plus visibles sur les images enregistrées (pendant l’examen).

Cependant, des réactions imprévisibles sont possibles, comme les nausées, voire des vomissements, fuites sous-cutanées du produit (au niveau de la veine), goût étrange dans la bouche, apparition d’un petit hématome lié à la piqûre, et sensation de chaleur dans tout le corps.

L’intolérance au produit de contraste peut également occasionner des troubles cardio-respiratoires, problèmes rénaux, ou même, une réaction de type allergique (asthme, eczéma, …).

Ces phénomènes sont plus courants chez les patients atteints de maladies cardiaques ou pulmonaires, et les malades présentant des antécédents d’urticaire.

Les patients portant des matériels métalliques tels que, les prothèses, pacemakers (stimulateurs cardiaques), éclats métalliques dans les yeux, cathéters (tubes introduits dans un organe), valves cardiaques, patchs transdermiques placés sous la peau, neurostimulateurs (appareils qui atténuent la douleur), clips chirurgicaux dans le cerveau, pompes implantables, et défibrillateurs cardiaques implantables, ne peuvent pas réaliser une imagerie par résonance magnétique.

Parce que la force magnétique dégagée peut endommager ces dispositifs métalliques.

L’examen de l’IRM est réalisé par un technicien en radiologie, et peut durer de 15 à 20 minutes.

 

   Qu’est-ce qu’une mammographie ?

La mammographie est une radiographie qui dépiste le cancer du sein.

La mammographie peut être proposée pour un dépistage individuel, après un traitement pour un cancer de sein, lors d’une campagne de dépistage organisé, et pendant un examen clinique des seins (après la découverte d’une anomalie).

Voici quelques conseils proposés par Filiassur assurance, à pratiquer avant la mammographie : n’appliquez ni crème, ni parfum, ni poudre, ni déodorant, sur les seins ou sous les aisselles (ces produits gênent l’interprétation des résultats), évitez de porter des bijoux, et surtout, n’oubliez pas d’apporter tous les comptes-rendus et les clichés des examens déjà réalisés pour vos seins.

Généralement, l’examen de la mammographie dure environ 20 minutes, et se déroule en plusieurs étapes.

Il peut aussi être centré sur une région particulière du sein ou complété par un cliché de profil.

Une fois la mammographie terminée, le radiologue vous examine, analyse les clichés en salle d’interprétation, ensuite, il vous remet les clichés accompagnés d’un compte-rendu.

 

  Remboursement :

En ce qui concerne l’imagerie par résonance magnétique (IRM), Filiassur assurance peut rembourser la partie technique et également, la partie des honoraires médicaux.

Et en ce qui concerne la mammographie, le niveau de prise en charge dépend des garanties souscrites par la personne concernée.

Tout en sachant que, la sécurité sociale ne rembourse que 60 % des frais médicaux.

Read More
À quoi ressembleraient nos hypermarchés dans le futur
Nov13

À quoi ressembleraient nos hypermarchés dans le futur

Nous avons tous voulu d’imaginer à quoi ressemblerait le supermarché dans une dizaine d’années ?

Des enseignes de grande distribution, qui évoluent et qui s’adaptent selon les habitudes et les tendances de consommation des consommateurs français. Des magasins connectés, en valorisant les labels de qualité, et en favorisant la fraîcheur. Des grandes surfaces, sans caisses, où toutes les innovations technologiques seront présentes.

 

Place à la qualité

Les français étant des adeptes des produits de qualité, locaux et surtout sains, les hypermarchés de demain tenteront toujours de répondre à cette demande de fraîcheur, qui est sans cesse croissante. En effet, le rayon fruits et légumes va monter en gamme avec la création de nouveau grand espace digne d’un marché de luxe. Comme le « Marché Frais Géant » qui a été créer par le groupe Casino en partenariat avec Alphaprim, avec les 6000 mètres carrés, dédiés aux fruits et légumes plus frais que jamais, et qui ouvrira ses portes très bientôt.

Les stands de boucherie, de fromagerie ou de poissonnerie, vont plutôt privilégier les produits artisanaux, de bonne qualité. Juste à côté, il y aura un lieu de restauration sur place, où on peut déguster les plats préparés à partir de produits que vous avez acheter sur place comme une côte de bœuf griller, choisi dans la boucherie et cuit sur place. Ce concept est déjà en cours de test chez les magasins présidés par Jean-Charles Naouri.

Optimiser l’expérience client

Améliorer l’expérience du consommateur est un enjeu très important pour toutes les enseignes de grande distribution. Une mauvaise mise en rayon ou une longue file d’attente auraient certainement un impact sur l’avis et le comportement du consommateur. Optimiser l’expérience du client a de plusieurs retombées positives dont la fidélisation, mais surtout l’augmentation de ses dépenses moyenne. C’est l’un des facteurs de succès des hypermarchés du futur. Des enseignes comme Leclerc ou Carrefour ont déjà entamé à tester les rayons à vision 360°. Expérimenter dans le magasin de Carrefour Espagne, les rayons courbés sont disposés tout autour au milieu du magasin où les clients peuvent se retrouver facilement.

Adopter les innovations numériques

« Pour être en phase avec les nouvelles tendances et les habitudes de consommations, les grandes surfaces devront suivre une révolution numérique » estime Jean-Charles Naouri. Une imprimante 3D pour personnaliser le linge de maison ou la vaisselle, des Body scan dans les rayons textile pour prendre les mensurations exactes, des caisses rapide pour réduire au maximum le temps d’attente, les magasins sans caisses, toutes ces innovations feront certainement leurs apparitions très prochainement dans nos hypermarchés. Plusieurs innovations technologiques sont déjà en phase de test dans plusieurs magasins en France et ils seront mis a votre disposition l’année prochaine.

Read More
Pierre Gattaz se range du coté de l’accord sur l’assurance chômage
Oct16

Pierre Gattaz se range du coté de l’accord sur l’assurance chômage

Tous le secteur d’assurance en France vit ses derniers jours sur le rythme des négociations sociales sur l’assurance chômage et ses nouvelles règles. Les prestataires, comme Filiassur, ont observé de loin la situation en espérant l’aboutissement à une solution rapide pour équilibrer le marché. Après un dernier round de négociations entre les patrons et les syndicaux, une convention aurait été trouvée. Et si Filiassur et compagnies ont salué cet accord, les membres du Medef l’ont contesté en démissionnant de la fédération. Cependant, le président du Medef a montré un avis contraire.

L’accord sur l’assurance chômage

Après de longues discussion qui ont commencé dès l’été dernier, les patrons et les syndicaux se sont convenus à un accord commun au tour des nouvelles règles de l’assurance chômage. Le patronat a accepté d’augmenter ses cotisations et de maintenir la surcotisation sur les CDD d’usage pendant les 18 prochains mois en bénéficiant d’une baisse de leurs cotisations AGS, l’organisme qui garantit les salaires.

Toutefois, ces mesures ont été contesté par plusieurs fédération professionnelles, alors que les nouvelles dispositions ne rapportaient quasiment aucun coût supplémentaire pour les entreprises. C’est le cas de la fédération du bâtiment que son président, Jacques Chanut, avait présenté sa démission du pole social du Medef, dès l’annonce de l’accord.

Pour les candidats à la présidentielle, l’accord trouvé ne change pas trop dans leur vision pour l’assurance chômage. De son coté, Emmanuel Macron pense qu’il faut étatiser le secteur en prônant un système de bonus-malus pour les contrats courts. Quant à François Fillon, la solution est la dégressivité des allocations chômage.

Le président du Medef soutient l’accord

Si des membres du Medef ont contesté ledit accord, le président de la fédération, Pierre Gattaz, a confirmé son soutien à la convention des partenaires sociaux. Il a explique par ailleurs qu’un échec de ses négociations aurait « donné des arguments à ceux qui veulent surtaxer les CDD et étatiser l’assurance chômage ».

Dans un entretien avec Dauphiné Libéré et Progrès, Pierre Gattaz a expliqué que les nouvelles règles de l’assurance chômage permettront de dégager un milliard d’euros d’économies, instaurer une contribution temporaire de la part des patrons et mettre fin à la surtaxation des CDD ce qui est favorable pour l’économie française. « « Et si nous avions échoué, nous aurions donné des arguments à ceux qui veulent surtaxer les CDD et étatiser l’assurance chômage », a expliqué Pierre Gattaz.

Read More
scriptsell.neteDataStyle - Best Wordpress Services